Archive for juillet, 2009

Bonne lecture et à la semaine prochaine…

Musique et Promotion

image l’heure est à l’inventivité, la créativité. WIRED a compilé 10 façons bizarres de distribuer de la musique: j’aime beaucoup la boite de soupe et les…  cassettes!

image Youtube soucieux de copyright supprime les morceaux de Calvin Harris qui étaient présents sur le compte de… Calvin Harris.  Et le Calvin Harris n’est pas content du tout et le fait savoir sur Twitter. Le plus drôle: la suppression a été réalisée à la demande du BPI (l’équivalent de la SPPF ou SCCP, les producteurs de disques quoi). C’est comme si Universal supprimait les morceaux de Florent Pagny de la page Youtube de Florent Pagny (chiche). A ce stade, je ne vois que l’amputation…

Artistes de tous les pays, la galère pour promouvoir votre musique est terminée. La REVOLUTION a commencé: Myspace lance une messagerie web. Non tu n’as pas le droit de te marrer.

Industrie Musicale

HADOPI je te vois. On commence pas le plus drôle sur Numerama (et aussi le plus inquiétant): le site de la boite Extelia, qui sera chargé en gros de faire respecter HADOPI était encore en début de semaine très peu sécurisé. Certains se sont amusés à faire des bêtises du coup. Quand même pour punir les internautes qui n’auront pas sécurisé leur ligne ça fait pas très sérieux. Bref, la routine HADOPI

Le site de Andrew McMillen

Andrew McMillen un journaliste Australien découvert cette semaine. Une rétrospective de la vie du disque en 5 articles. Ca commence très bien: pourquoi est-ce qu’on attend des artistes qu’ils sortent des albums?

C’est bien parti pour être mal barré: Un investisseur regrette qu’aussi peu de boîtes existent et prospèrent dans la musique digitale. Et il explique pourquoi selon lui.

image Le succès de Rock Band et Guitar Hero est hum colossal. Mais finalement uniquement pour les “gros” groupes. Ceux qui sont déjà des monstres. Tout un tas gens de la musique et du jeu ont du se faire la remarque qu’ils passaient à coté de plein de thune. Donc Rock Band s’ouvrent aux indés avec Sub Pop

Sur le blog Industrie Musicale : l’histoire de la concentration majors/indépendants. Si on ne devait citer qu’une phrase La crise de 1929 accentuée par l’émergence de grandes chaines de radio font chuter les ventes de disques de 150 millions à 25 millions en 1935 aux Etats-Unis.” Comme quoi on peut être vivant après avoir été mort.

Musique tout court

First Aid Kit | Le Cargo, la Blogotheque ont adoré. Frais étant le mot qui revient le plus eh ba on va dire que c’est frais.

image

Je me suis longtemps demandé si j’aimerais Mars Volta. Un nom de groupe qui revenait souvent autour de moi mais bon. Pas d’opportunité et puis à l’heure du savoir total et immédiat, rester dans l’ignorance c’est parfois reposant. Et là bing, grâce à Eddie, fini l’ignorance et bonjour la grosse claque. Le titre Goliath est juste énorme.

Et je vous laisse passer la semaine sur une reprise de London Calling par Springsteen, Costello, Grohl et Van Zandt. Ca change de Pagny, Céline Dion et Calogero aux enfoirés hein…

On avait les droits d’auteurs, les droits de reproduction mécanique, les droits d’exécution publique et là: les droits voisins. Demande à un musicien, auteur, interprète ce que sont les droits voisins, il te répondra au choix, selon son humeur:

  • on m’avait expliqué une fois mais j’avais rien compris.
  • putain mais les droits de mes voisins, je m’en tape, j’ai assez de mal avec les miens.
  • Ah ouais c’est heu le truc des droits d’auteurs mais par pour les auteurs non?

Bon ok, alors on va essayer d’expliquer gentiment et calmement.

Qui touche des droits d’auteurs et des droits voisins?

Voilà une question qu’elle est bonne. On commence donc avec un petit dessin de qui a le droit à quoi:

Les Droits Voisins

Donc seul les groupes, artistes et les musiciens qui les accompagnent ont droit à des droits voisins. Et leur label s’ils en ont un bien sûr.

Ok mais les droits voisins, c’est quoi?

Disons que tu t’appelles Florent Pag… non ça je peux pas. Bon tu t’appelles John… non plus. Noir Désir. Tu t’appelles Noir Désir et tu as enregistré sur ton dernier album Live Ces gens là une chanson de Jacques Brel.

Auteur/Editeur Interprètes/Label
Jacques Brel Noir Désir
Editions Jacques Brel Barclay

Donc à chaque fois que la version de Noir Désir Ces Gens là passe à la radio, hop, la SACEM file des thunes à Jacques Brel* et aux Editions Jacques Brel au titre des Droit d’Exécution public (voir l’argent des autres #2 consacré à ce sujet passionnant). Mais et Noir Desir et le label? Ils touchent rien? Justement, un jour un type a décidé que c’était un peu limite que seuls les auteurs et éditeurs touchent pour les passage radio, télé. Donc il a créé la rémunération équitable. Comme dans démocratie populaire qui veut généralement dire dictature, rémunération équitable peut se comprendre “ca fait 100 ans qu’on vous entube et là on arrête un peu” mais ce n’est pas le propos.

Donc  un machin a été créé en 1985: la image (avec un accent sur le E). la SPRE collecte donc l’argent auprès des radios, télés, discothèques et autres lieux de diffusions et hop. (Pour info, la SPRE avec un accent sur le E a du créer son site internet en 1985. Et depuis il n’a pas bougé ce qui est tout de même rigolo).

La rémunération Equitable? C’est un truc du tiers monde ou quoi?

Rien à voir monsieur. La SPRE collecte l’argent et 50% de la thune part aux labels et 50% de la thune restante part aux artistes interprètes. Simple? oui. Mais ca se complique un peu car aux royaumes des acronymes pourris, la musique est reine. Puisque l’argent est ensuite réparti entre artiste interprète (ADAMI) et musiciens accompagnateurs (SPEDIDAM). Comme tu es lent, je t’ai fait un autre dessin… Non je déconne, j’ai honteusement repris l’image sur le site de l’ADAMI.

image

Les droits voisins sont finalement l’équivalent des droits de reproduction publique pour les interprètes et les labels. Enfin à peu près.

Tu veux connaitre la différence exacte entre SPEDIDAM et ADAMI?

Ahahah, non tu ne veux pas vraiment connaître. Mais je te le (re)dis quand même avec un exemple. Tu t’appelles Flor… non heu Charly Oleg et tu es accompagné par un violoniste alcoolique tchétchène qui n’apparait pas sur la pochette de ton CD. Alors la SPRE:

  • verse des montagnes de pognons à l’ADAMI qui le reversera à Charly
  • File des sommes honteusement élevées à la SPEDIDAM pour le violoniste

Voilà c’est ça. l’ADAMI s’occupe de tes droits si ton nom apparait sur la pochette du CD. Sinon c’est la SPEDIDAM.

Mais ca paye bien les droits voisins?

C’est comme tout ça dépend. Si tu passes sur radio kebab, ca va pas te payer une piscine c’est sûr. Si tu passes sur TF1 à 21h00 eh bien… eh bien vraisemblablement tu as les moyens de prendre un fiscaliste spécialisé dans la musique qui te racontera ça beaucoup mieux que moi.

Pour info quand même:

  • La SPRE a encaissé 58 Millions d’Euros en 2007 et a reversé 53 Millions (source SPRE).
  • la SACEM a reversé à ses ayants droits 616 millions en 2008 pour 756 de collectés (source rapport SACEM 2008).

Mais le périmètre n’est pas le même bien sûr. Pour comparer à peu près qu’il te suffise de savoir qu’en 2007 la SACEM a collecté 55 millions d’Euros de la radio quand la SPRE en a chopé 27,5 (chiffres 2007 parce qu’en 2008 ca se casse un peu la gueule).

Comment la SPRE est-elle calculée? Pfff c’est  compliqué mais en gros si t’es une radio  tu reverses au titre de la SPRE de 4 à 7% de ton CA lié à la diffusion de musique. Mais il y a des abattements qui compliquent tout. Si t’es une télé c’est 2% de ton CA mais là aussi c’est compliqué et uniquement lié à la diffusion de musique. Plus d’infos mais pas plus de clarté par là : http://www.spre.fr/radios_guide_2007.asp

Pour conclure donc les droits voisins, c’est quand même un truc pas mal qui rapporte un peu d’argent à tout le monde. Bon, bien sûr là j’ai juste expliqué approximativement le fonctionnement. C’est beaucoup plus compliqué en vrai et la SPRE fait l’objet de critiques assez gratinées (tout comme la SACEM). On en reparlera plus tard.

Alors, est-ce suffisamment limpide ou encore trop nébuleux? La prochaine série consacrée à l’argent de la musique s’arrêtera sur le plus simple de tous ces concepts: les royautés. Ou comment 15% de 10 euros égalent 50 centimes (vas-y prends ta calculatrice)…

Post Scriptum: Oui c’est vrai cette série s’appelait le flux de kopeck avant mais bon, ça ne voulait rien dire sauf pour mon cerveau dérangé. Maintenant c’est tout à fait clair. Si tu as un meilleur titre, tu n’as qu’à faire un meilleur blog. Ou tu me l’envoies et je te le volerai avec grand plaisir.

* là tu me dis que Jacques Brel est mort. Effectivement c’est pour ça que ça tombe dans la poche de ses ayant droits (généralement les héritiers mais pas toujours).

C’est quoi la réalité d’un musicien, d’un artiste aujourd’hui? D’un artiste qui n’aurait pas démarré il y a vingt ans et qui n’aurait pas eu non plus un tube à la radio. Bref, un de ce nombreux artistes qui ont démarré dans les années 2000.

Déjà, on ne dit plus Groupes, on dit Projet

C’est vrai. Il y a 15 ans on disait “je joue dans 2 groupes”, aujourd’hui c’est “je bosse dans 5 projets”. D’ailleurs, bosser dans 5 projets c’est possible ? Oui c’est possible. C’est même possible de bosser dans 7 projets comme Guillaume Magne. Guillaume joue donc dans 7 « groupes avec un Guillaume dedans ». Appellation encore assez peu popularisée mais dont nous reparlerons.

Finalement, on parle beaucoup des projets mais assez peu des gens qui les composent. Ou plutôt assez peu de ce qu’ils vivent en dehors du groupe ou projet. Et ce qu’ils vivent en dehors d’un groupe, en général c’est donc une autre vie avec un autre groupe. Mais jouer avec 7 groupes ça se danse comment ? Petit voyage dans la galaxie du Guillaume…

Vendredi, 26 juin : eliotE & the ritournelles au festival des inaperçus, Glazart, Paris

Guillaume joue de la guitare, de la trompette, de la batterie dans ce trio folk emmené par la chanteuse Minnie. A l’autre guitare, on trouve Thomas également ingénieur du son de Clarys. Guillaume a l’air de prendre du plaisir à jouer de la pomme.

Samedi, 27 juin : Gaspard Lanuit, trois baudets, Paris

Guillaume est bassiste chez Gaspard Lanuit, chanteur français dont le mini album “Comme un chien” vient de sortir. Fred Palem joue également dans Gaspard Lanuit. Ce soir ils se retrouvent pour un concert de sortie de mini album aux trois baudets.

Dimanche 28 juin : L Dopa, le Klub, Paris

Guillaume joue au klub ce soir. Il est guitariste dans L Dopa. L Dopa, mélange entre Queens of the stone age, Primus et Melvins. Avec du violon dedans. Guillaume avoue avoir un peu de mal à changer d’ambiance aussi vite. Bon, une fois sur scène, il semble avoir oublié que c’est dur. Mais le changement entre eliotE et L dopa est tout de même assez frappant.

Mardi 30 juin, Clarys, trois baudets, Paris

Guillaume joue de la guitare et un peu de basse avec Clarys. Une chanteuse française que les inrocks classe entre PJ Harvey et Dominique A. Thomas fait le son avant de prendre sa basse pour venir sur scène jouer un dernier morceau. Le registre est encore différent. L’énergie et l’attitude également. Il semble toujours à l’aise.

(l’extrait date d’octobre 2008 mais ça vous donne une idée)…

Samedi 4 juillet : Intrasèche electrique, l’appartement de Clarys et Jean-Marc

Guillaume propose un concert d’appartement avec Intrasèche Electrique. Trio déjanté. Thomas, encore lui, est à la basse. Jonathan est à la batterie et pendant 20 minutes les murs vont trembler.

8 jours, 5 concerts avec 5 groupes différents. Sachant qu’il joue également avec Inga. Qu’il vient d’arrêter Maaskin Gömm, qu’il file des coups de mains ici où là, qu’il donne aussi des cours de guitare.

Jouer dans 7 groupes: positif ou négatif?

Niveau implication c’est à priori négatif parce que voilà, on ne peut pas tout faire. En même temps, quel plaisir de se retrouver avec son projet pour l’essentiel : jouer.

Si tous les membres d’un groupe sont dans le même trip, comment faire connaître 7 projets si personne n’y travaille ? Mais quelle aubaine pour les 6 autres projets que d’avoir des musiciens qui amènent des influences aussi diverses et qui se nourrissent bien sûr de chaque projet.

Bref, ni positif, ni négatif c’est la réalité de beaucoup de  zicos aujourd’hui. Et ça parle aussi. Parce qu’il y a 15 ans, c’était juste impossible de faire ce que fait Guillaume aujourd’hui. Parce que niveau emploi du temps, il y aurait eu trop souvent des soirs avec 2, voir 3 concerts. Alors qu’en 2009, parfois il reste 10 jours sans jouer (pas souvent mais ça arrive). Au-delà des chiffres, au-delà des études c’est assez révélateur.

Allez écouter les groupes avec un Guillaume dedans et en plus vous pourrez constater que ça déchire méchamment!

Des exemples identiques? N’hésitez pas à m’en parler.

Grosse Caisse Web TV

Pendant que les sénateurs travaillent ardemment sur HADOPI 2 (un peu comme si au lendemain de l’invention de l’électricité on n’avait pas trouvé plus urgent et important que de légiférer sur la bougie), d’autres bossent et proposent du son, des images, des groupes. C’est le cas de Grosse Caisse emmenée par Christophe.

Pouvez-vous vous présenter ?

Grosse Caisse est une webtv – t.v. sur internet - consacrée à la musique indie pop electro folk & rock. Nous proposons aux internautes une sélection d’artistes qui ont retenu notre attention. Nous accompagnons aussi parfois les groupes dans leurs projets musicaux, sous la forme d’interviews et de captations de concerts. Depuis peu, nous retransmettons en direct sur notre télé internet, des soirées « concerts en appartement », depuis leur domicile.

Grosse Caisse donne également la possibilité aux artistes de mettre en commun leurs dates de concert selon un principe appelé le « partage de concerts ». Les groupes s’invitent alors entre eux pour venir jouer chacun leur tour à la soirée de l’autre, soit en quelque sorte, « concert aller puis concert retour », « une fois chez moi & une fois chez toi ». Ils peuvent ainsi s’exprimer en dehors de leur fief respectif et se produire devant un nouveau public. C’est également un bon plan pour voyager et rencontrer de nouveaux amis pour de vrai. Enfin, pour un concert organisé, le groupe a la garantie de jouer au minimum une seconde fois comme invité !! En revanche, il est vrai que cette démarche demande de la part des groupes, un minimum d’organisation.

Grosse Caisse c’est quoi ? C’est qui ? Et pourquoi?

Grosse Caisse, c’est à l’origine la passion d’une personne pour la musique indépendante. Ayant une expérience professionnelle de plusieurs années dans le domaine des systèmes d’information, j’ai eu envie de créer un projet évènementiel & multimédia sur le thème de la culture indépendante et qui s’appuierait sur les technologies actuelles : internet et téléphonie mobile.

Les évènements Grosse Caisse sont enregistrés & filmés pour être ensuite rediffusés sur le site internet. Nous possédons notre propre studio d’enregistrement audio mobile. A chacune de nos soirées, nous nous déplaçons avec notre ProTools, notre table de mixage, nos pré-amplis, micros et pieds de micro ainsi que tous les câbles qui vont avec, … mais aussi notre envie de bien faire. Boris s’occupe du son. Deux, parfois trois caméras filment l’évènement. Nous nous relayons alors Emma, Arnaud, Jonathan et moi. Lors des concerts en appartement, Jonathan anime l’émission en direct par ses interviews des groupes. Citons bien évidemment Valérie pour son aide considérable au quotidien.


Un bilan après 5 ans?

Il faudrait plutôt écrire « un bilan après 4 ans ? » ! « grosse caisse – © 2006-2009″

En 2006, il ne s’est pas passé grand chose. Tout a véritablement commencé en 2007. Nous avons commencé à enchaîner les soirées et les interviews. En parallèle, le site internet s’est étoffé et pour commencer : une vrai charte graphique ! Ensuite de nouvelles fonctionnalités sont apparues comme le « partage de concerts » et depuis peu la possibilité pour nous de retransmettre en direct un évènement de n’importe quel endroit à condition bien sûr de disposer d’une connexion adsl sur place, d’où les concerts en appartement !

Sur les deux dernières années, nous avons réalisé environ cinquante captations de concerts et organisé une quinzaine de soirées dans plusieurs lieux parisiens : l’International, l’Union Bar, les Pères Populaires, le Klub, le Café de la Plage & l’espace B.

Et dans la caisse pour les deux ans à venir?

Nous allons bien sûr continuer d’écouter de la musique, d’aller à la rencontre des groupes et poursuivre nos captations de concerts.

Il est prévu également que nous programmions sur notre antenne T.V. un plus grand nombre d’émissions en direct et notamment les concerts en appartement pour lesquels nous avons eu de très bons retours.

Nous allons aussi nous intéresser à d’autres aspects de la culture indépendante comme la vidéo, le court-métrage et l’image.

Durant cet été, la version anglaise de notre site Internet devrait voir le jour.

Nous réfléchissons naturellement d’ores et déjà à d’autres projets mais il est encore trop tôt pour en parler.

Comment découvrez-vous les groupes aujourd’hui? Et comment « gérez-vous » la profusion de groupes, morceaux, vidéos, évènements ?

Il me semble important de préciser que la musique a ceci de particulier, qu’elle ne nous apparaît que rarement de façon instantanée. Nous avons parfois besoin de temps pour l’apprécier. A titre d’exemple, sur un plan plus personnel, j’ai mis six mois avant d’apprécier pour l’éternité l’album Psychocandy de The Jesus and Mary Chain. En revanche, j’ai accroché tout de suite à l’album Goo de Sonic Youth ou encore Painful de Yo La Tengo. Encore aujourd’hui, ces albums restent pour moi une référence. Et puis, il existe des musiques qui m’ont marqué aussitôt et pour lesquelles j’ai saturé aussi vite. A cela, ajoutons que ce qui est vrai pour moi ne l’est pas forcément pour mon voisin. Et puis, je me souviens aussi avoir été déçu par le son d’un album et avoir été impressionné par le concert du même artiste. Tout cela pour dire que rien, en matière artistique, ne me semble définitif.

Notre site internet nous sert de support pour préparer nos émissions. Basé sur le principe du réseau social, les artistes s’enregistrent et mettent à jour leur profil : biographie, agenda concerts, titres audio & vidéo clips. Nous découvrons ainsi les nouveaux artistes et restons informés des projets musicaux de chacun.

C’est aussi pour nous le moyen de mieux apprécier la motivation et l’implication des artistes qui nous sollicitent pour participer à nos soirées car nous avons impérativement besoin de leur soutien pour préparer ces projets communs.

Quel est de votre point de vue le vrai problème de l’industrie musicale aujourd’hui ?

L’arrivée de l’internet a modifié profondément notre rapport à la musique, à mon sens, en raison à la fois, de la profusion et la proximité de l’offre digitale, qu’elle soit payante (iTunes, …), gratuite (Deezer, MySpace…) ou pirate. La plupart d’entre nous disposons d’un disque dur – fixe ou mobile – contenant des milliers de titres audio. Il n’est pas rare de passer d’un morceau à l’autre sans même parfois attendre la fin d’une chanson. Un simple clic suffit. La musique semble être devenue beaucoup plus volatile de nos jours.

Dans ces conditions, il devient donc de plus en plus risqué pour une maison de disques de produire un artiste d’autant plus qu’il sera soumis à une très forte concurrence. Pour qu’il soit visible, l’artiste devra disposer d’un budget promotion important avec comme perspectives pour le label, un retour sur investissement probablement limité du fait de l’offre digitale et de son impact sur les ventes.

Deezer, spotify: mortels c’est top, ou mortels ça va tuer un peu plus l’industrie ?

Ces sites internet proposent en ligne, en toute légalité, 80% voire 100% du catalogue musical des plus grandes maisons de disques.

Les majors ont forcément dû bien réfléchir aux perspectives financières que de telles collaborations pourraient leur rapporter. Aujourd’hui, l’engouement des internautes pour Deezer – et autres sites du même style – semble leur donner raison.

Mais le tout est de maintenant savoir si ce type de modèle économique est satisfaisant dans le temps pour l’ensemble des parties impliquées dans ce dispositif : artistes, labels, éditeurs de sites internet, publicitaires, entreprises... Je crois qu’il est encore trop tôt pour se prononcer. Il n’y a pas si longtemps, qui aurait prédit le déclin de MySpace ?

A mon sens, la période de mutation de l’industrie musicale est encore loin de s’achever. De nouveaux concepts verront bientôt le jour !

HADOPI ou ce qu’il en reste: pour ou contre ?

Notre façon de « consommer » la musique a profondément changé depuis quelques années. Les forces en jeu d’il y a dix ans ne sont plus les mêmes aujourd’hui. La loi HADOPI est à contre temps voulant à tout prix préserver et imposer un modèle économique dépassé, allant même jusqu’à rogner sur les droits fondamentaux de chacun. Et puis, L’HADOPI profite avant tout aux majors bénéficiant de budgets promotion considérables et donc soucieuses de rentabiliser leurs investissements.

Aujourd’hui, je constate que la création musicale n’a jamais été aussi présente. Il devient de plus en plus facile d’enregistrer et de promouvoir sa musique de chez soi. Vous avez même utilisé le terme de « profusion » dans vos questions. Un vent de liberté souffle sur la musique, lui donnant l’opportunité d’échapper aux modèles économiques rigides fixés par les majors. Finalement, j’ai l’impression que la musique retrouve son aspect originel authentique et s’éloigne peu à peu du marketing. Les concerts et les performances parfois insolites des musiciens, se multiplient : concerts… en appartement ou à emporter. L’émergence des artistes se fait désormais par la communauté internet et non plus grâce aux budgets communication indécents des maisons de disques.

Mais il faudra encore se creuser la tête pour proposer aux artistes des nouvelles formes de revenus qui devront, je crois, être fortement diversifiés. Les producteurs devront faire preuve de créativité ! Je pense aux concerts certes mais aussi pourquoi pas au retour du mécénat ou à des solutions innovantes portées par l’internet, la téléphonie mobile, les médias radiophoniques et finalement peu par la vente d’albums ou de fichiers audio.

Selon vous la découverte en live, dans 5 ans, ça donnera quoi ?

Ce qui existe continuera d’exister : festivals, stade de foot, zéniths, Olympia, Bataclan, Elysée Montmartre, Divan du Monde, l’International, café concerts…. Avec en plus une offre internet ou mobile plus répandue notamment grâce au développement des réseaux informatiques de communication.

S’il y a une anecdote particulière ayant trait à la musique ou à grosse caisse que vous souhaitez évoquer, vous êtes le bienvenu.

Depuis la création de Grosse Caisse, j’ai rencontré un nombre considérable d’artistes et de personnes provenant de tous horizons. Très souvent, j’ai été frappé par leur créativité et même scotché littéralement lors de leurs concerts.

Je vais citer quelques noms de groupes aussi différents les uns des autres mais pour lesquels je me sens actuellement très proche musicalement. Je pense à Enob qui sur scène offre un show d’une rare intensité.

Tout comme mon ami Alex de Pop Only Knows, je recommanderais à vos lecteurs de voir ou revoir sur scène eliotE & the ritournelles. La voix de Minnie, la chanteuse, ne laissera personne indifférent. Je suis également fan des mélodies et des textes de Monsieur Lobster mais aussi du personnage. J’ajouterai Jonjo Feather qui passe en France régulièrement. La liste est encore longue : Kaluun, Sim#6, Sexual Earthquake in Kobe, Kavign, BiNoCuLaRs, Frans Schuman, Royal McBee Corporation, Mondrian, Duet, Captain Kid, Marie Marie Cells, Terranovacain… J’en oublie forcément.

Je vous invite à venir les découvrir tous sur Grosse Caisse T.V.

Question subsidiaire: concernant l’univers musical aujourd’hui, quelle question importante ne se pose-t-on pas selon vous?

Je voudrais plutôt citer la question que tout le monde se pose : « Quels modèles économiques pour les musiques actuelles ? »

______________________________________

Merci à Christophe. Je partage pas mal des idées évoquées dans cette interview. Ceci dit, cela m’amène d’autres questions: la musique s’éloigne-t-elle vraiment du marketing? La communauté internet fait émerger quels type d’artistes?

En tous cas, si avec ça vous n’avez pas envie d’aller faire un tour sur Grosse Caisse T.V. c’est à désespérer!

Et pour vous confirmer qu”il y a du bon, du très bon sur Grosse Caisse T.V, on se quitte sur … eliotE & the ritournelles. oui je sais encore mais je ne m’en lasse pas. Et en plus ils jouent ce soir aux disquaires à côté de Bastille à partir de 20h00!


- Dead man song
Un jeudi soir à l’Union Bar avec Grosse Caisse TV

Ps: au niveau couleur et mise en forme c’est encore le bordel mais j’y travaille, ça va s’améliorer rapidement…

On parle pas mal de super groupes en ce moment: Dead Weather, Raconteurs, Monster of Folk etc. Dans les propositions de super groupe j’ai trouvé l’association improbable et en même temps évidente.

The Venus Fly Trap One Girl Band

Une fille, une seule. Qui enregistre en une prise et toute seule (en général). Et ça donne  des trucs bien gras, bien roots. Un court extrait au son moyen. Mais l’esprit semble là:

A suivre sur MySpace: http://www.myspace.com/thevenusflytraponegirlband

The Legendary Tiger Man

Le tollier des Wraygunn. Bon si vous ne connaissez pas Wraygunn ben faut faire quelque chose. Wraygunn, Burning Rock and Soul for Untamed Rockers! Ceci étant, quand il n’est pas sur scène avec son groupe  monsieur Legendary part en solo et fait son homme orchestre dans un registre très blues. Et ça déchire encore. Comme ça déchirait à la maroquinerie:

Retrouvez le sur MySpace: http://www.myspace.com/thelegendarytigerman

Vite un petit duo entre l’homme et la femme orchestre version blues rock. Avec Jon Spencer à la production…

On est lundi, il est donc juste temps de boucler la semaine précédente…

Musique et Promotion

Que faire des “presque Fans”? Un type vous dit qu’en gros ce qu’il a écouté ne lui pait pas trop mais que si vous lui filez tout l’album et qu’il trouve des trucs cools il achètera. Que faire d’un type pareil? L’envoyer chier ou le caresser? Un début de réponse par Bob Baker

image Indaba Music, plateforme de collaboration en ligne de la création au remix en ligne. Vous vous inscrivez et vous pouvez composer, enregistrer et remixer avec d’autre musiciens. En gros créer un groupe virtuel.

Réussir sans maison de disque: Le marketing D2F arrive à la portée de tous. D2F? Direct To Fan guys. Pleins d’outils pour vendre, promouvoir sa musique, son image intelligemment.

“Ecoute ma musique et dis-moi ce que je dois faire” | Derek Sivers est un coach spécialisé dans la musique. Et il donne plein de conseils. C’est souvent très pertinent, et dans tous les cas cela amène une réflexion. Ca ne rate pas avec ce billet sur les gens qui lui demandent un avis sur leur musique.

Musique et Industrie

Le CEO de EMI: “nous avons clairement perdu le contact”. Non, c’est pas vrai? Pas possible.

image image l’IRMA commente les premiers éléments du rapport du CNV. Les recettes de concerts en baisse en 2008: eh oui voilà ca y est. La vache à lait commence à produire du jus de chaussette. le CNV a indiqué une baisse de 11% de ses perceptions pour 2% de représentation supplémentaire. Bref, le gâteau se rétrécit par ce bout là aussi…

image image kerchoonz et Beggars s’associent. Alors là. Un label et un réseau social (genre CQFD) qui décident de bosser ensemble je me demande ce que ça va donner.

Joss Stone pense que le piratage c’est génial: Sur Artists Paid, une interview de Joss Stone qui explique que le piratage c’est le partage et que donc, c’est cool. Tant que les gens viennent la voir en vrai chanter elle est contente. Une preuve de plus que non il n’y a pas que les chanteurs qui débutent ou qui rament qui sont contre HADOPI et ses équivalents.

Soutenir le HellFest: le festival de metal se fait un peu prendre la tête. Et la musique a assez de problème en ce moment pour ne pas en rajouter.

Microsoft sur les plates-bandes de Spotify et Deezer: bon on en reparlera quand il y aura plus d’infos. Mais le combat ne fait que commencer.

Musique tout court

image

Encore un groupe découvert grâce à Pop Only Knows. Je suis assez nul pour comparer les groupes. Disons que j’entends du Libertines et globalement du son qu’on pourrait qualifier d’anglo-saxon. Pop quoi. La chanteuse Vanina a une voix envoutante. A découvrir sur myspace et sur Pop Only Knows et en concert à Porto Vecchio le 8 aout.

Richie Heavens: Going back to my roots LIVE

Bon si vous ne connaissez pas Richie Heavens, il est encore temps. Petit test: on écoute le morceau jusqu’au bout sans bouger la tête, ni taper du pied. Pas le droit de sourire béatement non plus.

Gossip Sur Gonzo: article et interview 3 étoiles. Faite-vous plaisir.

imageImpossible de ne pas parler de The Dead Weather donc l’album est disponible sur Deezer. Jack White + raconteurs + Kills + Queens of the Stone Age. Y-a un morceau reggae dessus en tous cas.

image Dominique A est sur le Cargo en session acoustique. 4 morceaux en ligne et ca se passe de commentaires.

Une video de Feel To Earth sur le site de Melle Eddie. Entêtant.

Musique et Blog

De la lune on entend tout: Un blog qui parle de Bruce Springsteen ne peut-être qu’un bon blog.