Minnie, Thomas et Guillaume : trois personnalités pour un groupe unique. Hier ils nous parlaient d’eux. Aujourd’hui ils nous parlent de musique. Avec plein de gros mots dans les questions comme industrie, hadopi, piratage. Et plein de poésie dans les réponses…

La musique, tu la découvres comment aujourd’hui?

Le plus souvent grâce au blogs et autres webzines musicaux. Mais ce que je préfère c’est découvrir des groupes en concert. J’adore avoir de belles surprises et ensuite convaincre le monde entier que j’ai vu le meilleur groupe du monde.

La musique je la découvre par des supports physiques presque uniquement. Des amis, la plupart les amis avec qui je joue de la musique, me prêtent des disques. Je suis assez demandeurs envers eux de ça. Je n’ai pas internet alors ça passe très peu par myspace, deezer, etc… Ce que je préfère c’est découvrir la musique avec les amis qui me la font découvrir. Ils sont là dans la pièce avec moi, la musique est alors comme imprégnée de leur sensibilité. J’adore. C’est de cette manière que je suis tombé raide en écoutant The Jesus Lizards avec 2 potes (dont Thomas) dans une voiture et que j’ai même complètement trippé sur le dernier Guns n’ roses(!!?) avec un autre ami récemment.

Chez des potes, sur le net, chez des disquaires, en concert…

Quel est -de ton point de vue- le vrai problème de l’industrie musicale aujourd’hui?

Du peu que j’y ai mis les pieds ou glissé une oreille, il me semble qu’après le fait qu’il faille aujourd’hui réinventer une nouvelle industrie de la musique, et que les gens manquent le plus souvent d’imagination à ce sujet, un autre problème serait qu’il n’y a pas assez d’entraide entre les Indépendants (disquaires, labels et distributeurs) afin de créer un nouvel avenir pour les supports (cds et vinyles). Je connais certains collectifs ou disquaires indépendants qui participent à de chouettes initiatives dans ce sens là (Monster K7, Les Boutiques Sonores, Ground Zero, Kütü Folk, Blog Up Musique …) mais je crois qu’une alliance s’impose afin de créer un nouveau système qui rendrait plus accessible la musique des groupes aujourd’hui qui ne sont plus mariés avec des majors. Bien sûr internet va dans ce sens et ce n’est pas un mal, mais je pense qu’on ne peut pas dématérialiser totalement un support, c’est un truc plus artisanal, plus personnel qu’une jaquette dpi et une poignée de mp3.

Peut être que le seul problème c’est d’imaginer que je vais découvrir des choses grâce à cette industrie. Dès lors que je délaisse cette idée, je suis juste curieux- et ce ne sont pas les outils qui manquent pour l’être- et je cueille ce qui me touche vraiment. Trop peu de gens ont cette démarche. Mais finalement ça n’a rien à voir avec la musique. C’est comme ça pour tout. Le problème de l’industrie musicale est compris dans son nom. C’est une industrie. On parle d’argent, plus de coeur. Forcément tout marche à l’envers à partir de là.

L’autoproduction est une chose à laquelle je crois et que je pratique depuis quelques années, si un groupe sait ou il va, il sait aussi s’entourer de gens et qui vont dans le même sens que lui. Prendre ses décisions soi-même sur le groupe, sans les déléguer à certaines structures qui servent avant tout leurs intérêts me parait la meilleure manière de se protéger de cette industrie. Penser qu’être signé chez une major est la meilleur chose qui puisse arriver à un groupe pour sa carrière est pour moi un grosse erreur, j’ai des tonnes d’exemples de groupes qui ne trouvent pas leur compte en ayant signé, qui se retrouvent a être obligés de jouer dans des lieux ou avec d’autres groupes qui ne leur correspondent pas, à ne pas pouvoir jouer ou ils veulent à cause de clauses d’exclusivités…. J’en passe…

Quand tu parles de « problème de l’industrie musicale» tu parles de la chute des ventes de disques ?
Si oui, pour moi les disques sont beaucoup trop chers, alors quand on a le choix entre du mp3 gratos ou un disque trop cher, le choix est vite fait ( si on est pas regardant sur la qualité du son et sur l’objet…), du coup les gens n’achètent plus de disques (les rayons indés ferment 1 par 1 dans toutes les fnacs & co) les gros groupes se rattrapent en demandant des cachets énormes aux festoches ou aux tourneurs qui veulent les programmer, ces derniers disent « Amen » (il faut bien une tête d’affiche) du coup y a plus de thunes pour programmer les petits groupes….
Heureusement tout le réseau indépendant, la démmèrde et l’envie permettent à des groupes comme le notre, en phase de développement, de continuer à se produire, faire des concerts et des disques.
Voilà.

Un avis sur HADOPI?

A mon avis le problème d’HADOPI est déplacé. Je pense qu’il ne s’agit pas de régir l’accès au téléchargement mais de là encore créer de nouveaux systèmes de liens entre artistes et diffusion.

Je ne sais pas ce que c’est. Je suis à côté de mes pompes où quoi?

Non

Selon toi, la musique on l’écoutera comment dans 5 ans?

J’espère qu’on ne l’écoutera pas via l’écran de son I Phone en tout cas. Je trouve ça intéressant de se rendre compte que malgré les événements, tout le monde a encore des vinyles quelque part chez soi (je connais même des gens qui se mettent à racheter des platines !) tandis que le cd sollicite de moins en moins d’intérêt. Acheter un cd devient un acte militant. Si le prix baissait, j’en achèterais beaucoup plus assurément. Dans 5 ans ?

Tu parles de manière de l’écouter ou de support ? si c’est la manière faudrait déjà définir qui c’est « on ». En ce qui concerne le support, j’ai bien l’impression qu’il sera de moins en moins physique. C’est pas moi qui invente tout ces trucs, je sais pas vraiment ce qu’il nous pondront dans 4 ans et demi, prêt à consommer dans 5. La musique en pilule peut être. Je me vois bien acheter le 3eme album de Mika à avaler en même temps qu’un aspirine.

Encore et toujours en concert et sur vinyle, un peu sur CD, beaucoup en mp3 ou un autre encodage numérique.

La plus belle histoire d’eliotE selon toi?

Notre 1er album ! L’expérience studio a été plutôt géniale et j’ai vraiment hâte de partager nos morceaux avec l’oreille du public. D’ailleurs avant sa sortie, on espère rencontrer des gens à qui notre album plaira, car même si on prend part à l’autoproduction, je pense qu’il est important (voir plus haut) de s’entraider afin de partager mieux notre musique. Du coup on sait pas trop quand l’album va sortir, mais certainement à la rentrée. On vous tiendra au courant très vite !

Je sais pas vraiment. Sans faire dans le cliché mais en le faisant quand même je dirais que c’est au jour le jour que c’est une chouette histoire. Pas plus tard que le dernier concert jeudi dernier je l’ai vécu comme une belle histoire. La semaine d’avant je me suis emmêlé dès le premier morceau du set par un trop plein d’émotion de pur bien être de chanter avec mes copains.
Je vais pas faire un catalogue, c’est récurrent.

Un hot dog micro-ondable sur une aire d’autoroute croate après 10h de route et 4 heures de sommeil.

Voilà, c’est terminé. Merci merci merci à Minnie, Thomas et Guillaume de s’être prêtés au jeu de si bonne grâce. On se quitte sur un petit extrait de leur concert au glazart vendredi 28 juin. eliotE un groupe décidément magique puisque même filmé par un parkinsonien daltonien avec une petite caméra qui sature sur un solo de triangle, ça reste beau et envoutant.


Et n’oubliez pas : participez à l’opération « je télécharge illégalement tous les albums des majors à 20 euros mais je dépense des fortunes chez les petits indépendants » en vous ruant sur le magique ep Goodby ghost en vente chez la pure plateforme de téléchargement Pop Only Knows.

Post Scriptum : Les interviews longues sur le net, tous les experts diront que c’est pas bien, pas adaptées, faut faire court. Donc là, deux fois 5 pages, c’est pas bon du tout. Ils sont surement raison les experts sinon ils seraient pas experts… Et dès que les humains ne seront plus capables que de trois émotions qu’ils exprimeront avec deux mots de vocabulaire, promis, je ferai court. Tant qu’ils seront complexes, subtils, variés et surprenants eh bien les experts…

Et merci à Glazart et à Gaelle pour l’autorisation de captation (même si mes talents de cameraman ne permettent pas de parler vraiment de captation…)