Les blogs sur la musique c’est comme les groupes de musique, il en arrive 100 par jour. Pourquoi donc alors le choix de Mlle Eddie s’est-il démarqué aussi vite ? Allez y faire un tour et vous verrez que décidément le net est plein de gens à la culture musicale astronomique et qui en plus savent partager cette culture. Du mainstream, du moins, du confidentiel, du très connu, du rock, du rap, Mlle Eddie a le choix éclectique. Et elle semble avoir bien compris ce que le net pouvait apporter de plus par rapport à des magazines papier traditionnel.lechoix2.jpg

Peux-tu te présenter? 
Eddie, 20 ans, Française expatriée depuis 6 mois en Finlande et dont le séjour touche à sa fin, étudiante en économie et accessoirement blogueuse musicale depuis presque pile poil 1 an (depuis le 9 juin 2008 pour être très précise). Tiens allez, disons même que j’suis une critique musicale, ça a quand même plus de gueule.

Qu’est-ce qui t’a motivé pour créer ce blog?
Comme tous ceux et toutes celles qui créent un blog, la motivation première a été la passion ! Je ne connaissais pas du tout le milieu d’Internet, mais j’ai très vite compris qu’un blog pouvait être le vecteur de cette passion. Je suis ce que j’appelle moi-même une « musicophage toujours en manque », c’est-à-dire que je recherche de nouveaux plaisirs sonores frénétiquement. Mécaniquement, je me suis donc construit une certaine culture musicale, et comme je suis du genre bavarde, et bien je parle de tout ce que je découvre. Au fur et à mesure, parler de mes découvertes est devenu un besoin irrépressible.

T’attendais-tu à un tel succès?
En créant le blog je n’avais aucune idée de ce qu’était un « succès » à l’échelle des blogs, et encore moins à l’échelle d’un blog musical. Et en fait je ne sais toujours pas vraiment ce que c’est, on est quand même très peu de blogs musicaux, c’est une toute petite communauté. Parler de « succès » pour un blog, je trouve toujours ça risible, lol ! Je m’attendais évidemment à ce que des gens atterrissent sur le site, mais par contre me retrouver 1 an plus tard avec plus de 500 abonnés fidèles, ça non. 

Tu vois évoluer ton blog comment dans les 2 ans à venir ?
J’aime bien sa forme actuelle. J’arrive à proposer vraiment beaucoup de choses, sous des formes diverses (critique, vidéo, playlist, mp3, liens, news) et je n’ai pas vraiment envie de proposer d’autres choses. Tout ça prend déjà beaucoup de temps, et j’ai peur d’en manquer. Donc je ne raisonne pas à moyen ou long terme (le jargon de l’économiste arrive, aïe aïe aïe !), mais plutôt à court voire très court terme. Peut-être que je ferai plus d’interviews (j’ai pas encore trouvé un format qui me convienne)… Mais non, je crois avoir atteindre une forme satisfaisante pour un one-woman-blogzine :)

Tu sembles refuser la course à l’actualité mais comment gères-tu malgré tout la profusion de groupes, morceaux, vidéos, évènements ?
C’est le grand problème pour moi, vraiment. C’est très dur de résister à ce que tu appelles justement la course à l’actu. Plus on parle d’un disque tôt, plus haut il se retrouve dans les résultats de recherche Google, c’est ce que chaque blogueur ou blogueuse musical a en tête. Après on peut choisir d’ignorer cette réalité, ou de jouer avec. Personnellement, c’est de l’improvisation complète. Prends par exemple le dernier album de Phoenix : je ne l’ai chroniqué que très récemment tout simplement parce que je n’arrivais pas à me mettre en accord avec moi-même sur ce que j’allais écrire. J’arrive facilement à remettre à plus tard une critique de disque parce que je sens que je n’arriverai que difficilement à me faire un avis sur lui.

Quand à la profusion de groupes et de médias, c’est à s’arracher les cheveux de la tête pour une musicophage comme moi ! Je me suis faite à l’idée que j’allais passer à côté de milliers de trucs, et que je devais me contenter de ce qui me tombait dans les cages à miel. Je crois que c’est déjà pas mal. J’ai beaucoup de sources, j’essaye de m’organiser correctement (vive Netvibes !) et puis j’effectue un gros travail de tri pour ne proposer que ce que j’aime vraiment beaucoup aux lecteurs et lectrices du blog. C’est ce que te diront sûrement tous les blogueurs et blogueuses que tu interrogeras : le tri, le tri, encore le tri ! Fonctionner au coup de cœur, mais ne pas enterrer un groupe trop vite… Essayer de parler de groupes que les autres médias négligent, mais ne pas oublier qu’un blog est fait pour parler de ce qu’on aime et qu’on peut aimer des choses ultra-mainstream…

Concernant la découverte de nouveaux artistes. Aujourd’hui c’est plus simple ou plus compliqué qu’il y 5 ans pour toi?
Oh, trouver de nouveaux artistes, c’est facile, en trouver que tu aimes, c’est autre chose. Il y a 5 ans, je n’utilisai pas le net pour trouver de nouveaux artistes, je lisais quelques magazines, je fouillais dans la collection de mes parents, j’achetais des livres, et puis j’essayais de trouver de quoi me « nourrir » dans les médiathèques. La radio était très importante pour moi aussi. Maintenant je ne lis plus de magazines, je n’écoute plus la radio, et je passe des heures et des heures sur le net, et je me nourris du bouche-à-oreille généré par les blogs. C’est donc bien plus simple, une fois qu’on a trouvé des sources « sûres » de découvertes d’artistes intéressants. Beaucoup, beaucoup plus d’artistes passent dans mon radar, et il ne se passe pas 1 semaine sans que j’en découvre au moins 1 que j’adore. Ce qui n’était largement pas le cas il y a 5 ans.

Quel est -de ton point de vue- le vrai problème de l’industrie musicale aujourd’hui?
Le vrai problème, tout le monde le connaît : c’est tout le monde ! Une large partie des consommateurs qui ne se rendent pas compte qu’il faut beaucoup d’argent pour enregistrer de la musique, et qui se tirent une balle dans le pied en ne faisant que télécharger car cela prive les artistes d’argent, ce qui prive ensuite les consommateurs de musique.

Et puis tout de même, les majors ont une responsabilité gigantesque dans la mauvaise santé de l’industrie musicale : ils manquent de couilles, si j’ose dire. Ils n’ont pas vu venir Internet et semblent refuser de comprendre que c’est sur Internet que tout se joue, c’est sur Internet qu’il faut trouver un modèle économique viable, c’est sur Internet que les jeunes vont instinctivement dès qu’ils veulent écouter de la musique. La R&D doit se tourner vers Internet, faire des compromis avec ceux que les majors ne cessent de diaboliser, ceux qu’elles appellent les « pirates ». Il y a une énorme incompréhension, un fossé de générations que les majors ne semblent pas vouloir franchir, trop attachées à un système qui leur a rapporté des millions pendant des années. C’est plus possible de se faire des couilles en or avec de la musique, mais elles s’accrochent à ce rêve…

Et le problème de l’industrie musicale, c’est de mettre en avant des bouses intergalactiques. M’enfin là on peut pas faire grand-chose : les gens les achètent…

Myspace est-il mort?
Tous mes billets ou presque possèdent un lien dirigeant vers le MySpace du groupe dont je parle, donc non, il ne me semble pas que MySpace soit mort. Mais face à Facebook, je vois mal comment il pourrait résister.

Deezer: pour ou contre?
Ni pour ni contre, mais simplement dubitative. Deezer, Jiwa, Spotify… j’ai du mal à les voir encore vivants dans 5 ou 6 ans, en tout cas dans leur forme actuelle. Ou alors à coups d’intégrations publicitaires envahissantes… Deezer, et maintenant Spotify, ont fait beaucoup de bien à l’industrie musicale je pense. Il ne faut pas oublier qu’avant d’être un site de streaming légal, Deezer avait pour nom BlogMusik, un site qui avait dû fermer ses portes suites aux pressions de la Sacem entre autres. Il a évolué et à permis à nombre de gens de commencer à croire qu’il était possible de trouver un compromis entre écoute libre de musique et légalité. Mais la qualité d’écoute est nulle, et les majors ne leur rendent pas la tâche aisée. Il faudra vraiment beaucoup de volonté et de créativité des deux côtés pour que Deezer et les autres systèmes de streaming survivent.

Selon toi, la musique on l’écoutera, la découvrira comment dans 5 ans? Et le Live, on le vivra comment?
Alors là franchement, aucune idée, j’suis pas Nostradamus ! Tout ce que je peux faire c’est espérer qu’on la découvrira légalement et à un prix équitable. On l’écoutera sur le net, dans nos gadgets BlackBephone et iBerry, et on la découvrira très certainement encore dans un blogzine nommé Le Choix de Mlle Eddie, lol !

Le live, j’espère que ceux qui n’ont pas les moyens ou les possibilités de se déplacer régulièrement et très loin pourront le vivre, encore une fois à un prix équitable, dans leur lit ou dans leur canapé, grâce à des retransmissions live ou différées des concerts. J’espère que les maisons de disques se bougeront les miches pour rendre ça possible (ça l’a été avec Fabchannel notamment, mais le site a fermé récemment, encore une fois parce qu’ils n’ont pas trouvé un modèle économique viable), car je pense que la demande en événements live est importante. La musique est faite pour être jouée après tout, non ?

Je voudrais aussi (et surtout) raconter des histoires d’humains, de personnes. Alors s’il y a une personne ou une rencontre liée à la musique que tu veux évoquer, n’hésite pas!
Je n’ai pas encore rencontré grand-monde à vrai dire. Je pourrais tenter une réponse philosophique du genre : grâce à la musique je me découvre moi-même un peu plus chaque jour, ou une autre connerie dans le genre, mais ce serait vraiment trop skyblogesque.
Je n’ai pas beaucoup d’histoires de rencontres grâce à la musique…
Tous les événements importants de ma vie sont associés à une chanson, un album, un artiste, un style…
Il est toujours extrêmement agréable de rencontrer des gens qui partagent la même passion que toi pour un groupe ou un style de musique particulier, ça entraîne des tonnes de découvertes et des discussions enflammées. Des fois j’me dis que quand je serai vieille, sénile, que j’aurais perdu la mémoire etc, je pourrais toujours me replonger dans ma collection de disques et vinyles pour me remémorer de personnes, situations ou événements. C’est assez rassurant en fait. Une espèce d’assurance-mémoire, lol ! Bon, je commence à divaguer, le timing est bon, c’était la dernière question :-p

Merci donc Mlle Eddie. Merci pour les réponses et pour le franc parler, ça fait plaisir à lire ( c’est vrai que ma question sur le succès d’un blog était très mal tournée et tout à fait niaise). Longue vie au choix de Mlle Eddie. Et pour joindre l’utile à l’agréable et rester dans la découverte un petit lien vers eliote & the ritournelles qui ne sont pas dans le choix de Mlle Eddie et qui seront en interview d’ici peu.