Les DRM ? Allez encore un concept que tout le monde connait. Sans connaitre. DRM, Digital Right Management. Système de gestion des droits d’utilisations d’un fichier numérique. Le copy control qui faisait que t’achetais un CD 20 euros à Universal et tu pouvais pas l’écouter dans ta voiture ou sur ton pc. Vieux problème encore d’actualités chez Beezik mais c’est une autre histoire…

Mais dans le cas qui nous occupe DRM c’est-à-dire « Droits de Reproduction Mécanique ». Oh c’est quoi ça ? C’est très simple. Et comme tous les trucs très simples personne n’y comprend jamais rien. On a vu () que lorsque ton morceau passait à la télé ou à la radio, tu touchais en tant qu’auteur des DEP* : Droits d’exécution publique. OK. Ca ne dit pas ce qu’est le DRM. C’est en gros l’équivalent pour un CD, un vinyl, une compil mp3.

Et pour 1000 CD je touche quoi ?
Eh oui. Comment ça se goupille quand tu écris 15 chansons qui font un album CD mais qui ne passe jamais à la radio. Tu dois toucher des thunes quand même enfin ! Eh bien c’est simple tu touches des DRM. En gros 7% du prix de vente hors taxe. Tes 15 chansons sont gravées sur un CD à 15 euros hors taxe? Hop, 1,05 € dans ta fouille. Ton album est chanté par Johny et va se vendre à 2 millions ? Oh putain 2 millions fois 1.05€ soit plus de deux millions d’€ dans ta grosse fouille.

OK aujourd’hui, si tu démarres en tant qu’auteur, il y a plus de chance que le CD se vende allez 12 euros TTC soit 9 € hors taxe mais ça fait encore 56 centimes par album (si toutes les chansons sont de toi). Et bon, t’en vendras surement pas 2 millions. Non t’en vendras plutôt 100. Bon ok ça fait quand même 56 euros. Voilà t’as tout compris.

Bien sûr si tu as un éditeur, bon l’éditeur touche 33% de ces thunes. Oui l’éditeur touche 33% des DRM et 50% des Droits d’exécution Publiques. Donc il te reste 37 euros.

Qui les paye ?
Ca se complique. Qui paye. Celui qui fabrique le CD au moment de la fabrication du CD. Donc le label si tu as un label.

Qui collecte ?
La SACEM a créé en 1935 une société chargée uniquement de collecter ce truc : la SDRM. Tu vas me dire 1935 des Cd y-en-avait pas des masses ? Oui mais déjà quand tu voulais te graver 50 micro sillons dans ta cave après avoir fait une razzia sur la réserve de cire de ta grand-mère, tu devais payer les DRM au moment de la fabrication ! Et c’est tout. Aujourd’hui c’est encore un peu plus compliqué puisque la SDRM collecte ses droits pour la SACEM mais aussi pour la SACD, la SCAM, la SGDL, et l’AEEDRM. En gros des machins qui défendent des droits pour des trucs. Et la SACEM reverse ensuite à l’auteur et l’éditeur. Ça donne ça en gros :


Oui mais moi, je suis Auteur et Interprète et je m’autoproduis ça marche comment ?
Voilà c’est la que ca se complique encore et que tu vas friser la schizophrénie. C’est aussi là que tu vas entamer ton couplet sur la SACEM c’est des voleurs. Pourtant c’est tout simple. Tu écris une chanson et tu la joues avec ton groupe, tu l’enregistres et tu veux te graver un petit sceud à la cool pour te payer ta retraite vu que tu penses bêtement atteindre la retraite. Tu t’appelles Bob. Toi Bob interprète quand tu presses les 500 Cd tu dois payer à toi Bob l’auteur les DRM : tu fais par exemple un chèque de 100€ à la SDRM qui les reverse à la SACEM qui te reverse à toi Bob l’auteur heu ben 80 euros. C’est vrai que comme ça, vu de chez Bob tout court l’intérêt est assez moyen …


Le tour de magie : comment Bob l’auteur récupère 233 euros sur les 292€ que Bob l’interprète a versé…

C’est bien ou pas alors ?
La base c’est quand même de défendre les auteurs. Et les majors ne peuvent en gros pas imprimer de CD sans payer les 7%. Et les petits labels pareils. Donc dans cet esprit là, les DRM c’est un truc pas mal. Surtout quand c’est payé à la fabrication… S’il en est pressé 5000 hop, c’est 5000 fois les 7% d’un coup. C’est bien. C’est juste que la SDRM a donc été créée en 1935 et comment dire, l’environnement musical a un tout petit peu changé depuis. La SDRM s’est adaptée et plutôt bien finalement. Jusqu’à ce que le putain d’internet arrive, le téléchargement casse tout ce système et que l’autoproduction, marginale se retrouve sur le devant de la scène avec plein de Bob qui ont un peu l’impression de jeter de l’argent par les fenêtres sans y comprendre grand-chose…

Mais bon, Bob l’interprète, il touche pas des DRM ou des DEP là en tant que chanteur quand son morceau passe à la radio ou est pressé sur CD? Hum si aussi. Mais ça s’appelle les droits voisins et les royalties… [à suivre]

* j’ai un peu honteusement travesti la réalité. En fait ça génère aussi des DRM le passage télé. Il y aura une récap à la fin.

Ps : bien sûr si tu n’est pas inscrit à la SACEM, tu peux aller mourir…